Text

Vérité et mensonge

Résumé

Ce cours portant sur les sections A’haré-Mot et Kédochim aborde une valeur fondamentale évoquée dans ces Parachiyot : la vérité.  En nous appuyant sur des versets extraits de la Paracha, accompagnés de commentaires, de passages de la Michna et du Talmud (ainsi que d’autres textes extraits de la littérature rabbinique), nous étudierons les raisons pour lesquelles le mensonge est si grave, et nous énumérerons ses conséquences néfastes. Puis, nous mettrons l’accent sur le caractère fondamental de la vérité, non seulement vis-à-vis des autres, mais à l’égard de notre propre conscience. Enfin, nous analyserons les circonstances exceptionnelles où il convient de s’écarter de la vérité, notamment lorsqu’il s’agit de faire régner la paix ou d’éviter de nuire à autrui.

Les questions de compréhension et les illustrations figurant dans l’unité de base, aideront les élèves à comprendre les thèmes abordés.

Pour que les élèves s’imprègnent du message transmis dans ce cours, nous leur proposerons d’y participer activement grâce à la pratique de « la narration ». (Voir le paragraphe intitulé « Pratique ».)

Savoir: Connaître la gravité du mensonge et ses répercussions négatives.

Identité: S’attacher à la vérité, à la paix, et à la justice. Développer ces vertus tant vis-à-vis d’autrui qu’à l’égard de sa propre conscience, afin de devenir des personnes sincères fuyant toute forme de tromperie ou d’hypocrisie.

Compétences: Être capable de citer différentes formes de mensonge, et d’expliquer pourquoi ces pratiques sont interdites ; citer des exemples de situations où nous sommes autorisés à dévier de la vérité. 

Introduction :

Dire aux élèves : imaginez que vous avez été victimes d’un mensonge, d’une trahison, d’une tromperie. Comment réagiriez-vous ? Que penseriez-vous de l’auteur de ces méfaits ? Quelles pourraient être les répercussions d’une telle mésaventure ?

Inciter les élèves à participer, en distribuant des points bonus ou des récompenses aux participants les plus motivés.

Puis, annoncer aux élèves qu’ils vont à présent étudier des textes de notre tradition, afin de bien comprendre la gravité du mensonge.

Déroulement de l’activité :

Après avoir expliqué chaque partie du fichier, l’enseignant proposera aux élèves de se répartir en ‘havroutot, et de répondre aux questions avec leurs binômes respectifs.

  1. Le mensonge (pages 1 et 2 de l’unité de base)

  • D’après Rachi, quel est le lien logique entre le début et la fin du verset : « Vous ne volerez pas, vous ne nierez pas » ?

  • Quels sont les différents motifs qui pourraient inciter les gens à mentir ?

  • Observez attentivement l’illustration où figurent les termes Emet et Chéker. Que remarquez-vous ? Que pouvez-vous en déduire ?

  • Concernant la question 3 (au bas de la page 2), essayer de donner la parole à plusieurs élèves. Il leur sera peut-être plus facile de partager des expériences où ils ont été trompés, ou de faire part de situations où ils ont été témoins de tels scénarios, plutôt que de relater des faits où ils auraient eux-mêmes menti. Quoi qu’il en soit, on les invitera à prendre la parole pour raconter des histoires vécues, et surtout, à en tirer des conclusions constructives.

  1. L’importance de la vérité (page 3 de l’unité de base) 

  2. « Qui dit la vérité en son cœur » (page 3 de l’unité de base)

  • Que pensez-vous de l’histoire de Rav Safra ?

  • Aurions-nous la noblesse morale nécessaire pour nous comporter de la sorte ? Que faire pour y parvenir ? 

  1. Dévier de la vérité (fin de la page 3 et page 4)

  • Quelles sont les deux principales circonstances où nous sommes autorisés à dévier de la vérité ?

  • De qui avons-nous tiré cet enseignement ?

  • Comment la Torah formule-t-elle l’interdit de mentir (dans la Parachat Michpatim) ?

  • Pour la question 3, renouveler la pratique de la narration en évoquant un autre type de situation : celle où nous avons eu le droit de nous écarter de la vérité, afin d’éviter de blesser quelqu’un.

Conclusion 

Faites le bilan! L’enseignant interrogera les élèves en leur demandant de citer une anecdote/un récit/une explication qui leur a particulièrement plu, et de justifier leur réponse.

  • Mise en pratique : on pourrait envisager de mettre en place un petit signe de la main ou un mot « mémo », pour rappeler de temps en temps aux camarades de classe de dire la vérité, et de rapporter les faits lorsqu’une situation problématique se présente.

Bienvenue sur le nouveau site internet de Lamorim-UnitEd !

Notre site internet commence tout juste son voyage, et nous ajouterons régulièrement de nouveaux contenus, fonctionnalités et ressources.

Nous vous invitons à revenir sur notre site et à suivre son évolution !